- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

lundi 21 mai 2018

Étrange, dit-elle…

Étrange, dit-elle, dans vos dernières publications j'ai lu, deux billets, Je ne suis pas Emma et Histoire de Gascon. Mais d'abord qui est-elle celle-ci qui m'interpelle ainsi, existe-t-elle seulement ou bien est-elle l'une des nombreux mois qui peuplent mon crâne ?
Étrange, vous écrivez que vous n'êtes pas Emma, que vous n'êtes pas celui dont vous parlez, ne pas être vos mots, puis curieusement vous citez Cyrano. Ne pensez pas que je prétende qu'Edmond était Cyrano, mais Cyrano n'était-il pas celui qui était ses mots ? L'amour que porte Roxane à Christian n'est-il pas dû aux mots de Christian qui sont ceux de Cyrano dont elle comprend enfin qu'elle l'aime, certes trop tard.
Alors, êtes-vous Emma, ou êtes-vous Cyrano soufflant dans l'ombre des mots à Christian, ou les deux à la fois ?

Licence Creative Commons

Étrange, dit-elle… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Écriture contrainte cent quarante-unième jour

Contrainte : céleste, voie, nébuleux/se, leste, attraction, talon, fil, air, tortue

Céleste apparition, une seule voie possible, la suivre, ses pas ne peuvent la conduire que vers une nébuleuse de plaisir. Son pas leste exerce sur moi une véritable attraction, le claquement de son talon aiguille sur le macadam est une sensuelle musique. Elle est mon fil d'Ariane dans un labyrinthe de volupté, mais je n'arrive à la suivre et j'ai l'air de me traîner derrière elle, aussi lourdaud qu'une tortue.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent quarante-unième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

dimanche 20 mai 2018

Histoire de Gascon

Vous connaissez, j'en suis certain, Cyrano de Bergerac. J'évoque là l'œuvre d'Edmond Rostand, pas du personnage historique. Vous savez donc qu'il est connu pour ses qualités de bretteurs, de poète et la taille de son nez. Bien entendu la taille du nez n'a aucun rapport avec la taille d'une autre partie de l'anatomie d'un individu. Mais lorsque Edmond Rostand écrit "Si vous serriez mon nez, Monsieur, entre vos doigts / Il jaillirait du lait !" N'y a-t-il que moi qui vois là une forte connotation sexuelle ?

Licence Creative Commons

Histoire de Gascon d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Écriture contrainte cent quarantième jour

Contrainte : demande, attente, patience, héro, brut, lecture, usurper, élégant, unique

Sa demande est pleine d'exigences, et on doit compter exactement les caractères,
À chaque vers, le modifier de vingt, sans attente possible !
Patience, dis-je, et je vais y parvenir,
Je serai donc le héros qui, sans héro, franchira l'épreuve !
Je vous livre ainsi le résultat brut de décoffrage et compté sans aucune erreur,
Et vous en souhaite à la fois bonne lecture et bon comptage,
Savourez-le, sans usurper votre plaisir.
Le style de ce texte n'est pas très élégant, j'en conviens !
Et cette production, qui restera unique, fut pourtant réalisée avec grand soin !


Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent quarantième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Admirablement et…

En ce dimanche de Pentecôte je pensais écrire un article sur l'impact des langues de feu mais je me suis souvenu l'avoir déjà fait, je me suis contenté d'exhumer ce texte. Je me contenterai donc de vous offrir une citation sans nul rapport avec le sujet précédent, sauf un côté estival. "Elle portait une robe d'un jaune pâle presque transparent, qui mettait en valeur le léger hâle de sa peau. Elle lui allait admirablement, et elle le savait."
Ces derniers mots " et elle le savait" sont, pour moi, d'une admirable et terrible justesse.

Licence Creative Commons

Admirablement et… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

samedi 19 mai 2018

Écriture contrainte cent trente-neuvième jour

Contrainte : Contrainte musicale  : https://youtu.be/C1ZL5AxmK_A

Duo des fleurs, que puis-je donc écrire en écoutant le duo des fleurs ou au sujet du duo des fleurs ?
Je pourrais en réécrire le texte ou plus modestement une partie du texte, et ainsi



Lakmé
Viens, Mallika, les lianes en fleurs
Jettent déjà leur ombre
Sur le ruisseau sacré, qui coule calme et sombre,
Éveillé par le chant des oiseaux tapageurs !
 
Mallika
Oh ! Maîtresse,
C'est l'heure où je te vois sourire,
L'heure bénie où je puis lire
Dans le cœur toujours fermé de Lakmé !

pourrait devenir
    

 Lakmé
Viens, Mallika, je veux te voir en pleurs,
À mes pieds mon ombre.
À mon désir sacré, tu t'offres belle et sombre,
Sanglotant de bonheur vers un plaisir majeur !
     
Mallika
Oh ! Maîtresse,
C'est l'heure où je te fais jouir,
Le moment où je puis emplir
Le beau cul toujours serré de Lakmé !

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent trente-neuvième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

vendredi 18 mai 2018

Belle proposition

"Dites-moi tout" me proposa-t-elle alors qu'un sourire pétillait dans ses yeux. Comment aurais-je pu résister à une telle invitation ?
"Ce modèle là en 45 et en noir" répondit-il donc à cette charmante vendeuse.

Licence Creative Commons

Belle proposition d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Écriture contrainte cent trente-huitième jour

Contrainte : coulée, banc, femme à sa toilette, fantôme, heureux, voiture, genoux, "ne bouge pas", nuit

Coulée sa cyprine est, troublée terriblement,
Banc trempé de désir, excitée vivement,
Femme à sa toilette, caressée longuement.
Fantôme du désir,
Heureux de la revoir,
Voiture qui l'amène.
Genoux pliés pour lui, offerte intensément,
Ne bouge pas, dit-il, si belle absolument,
Nuit de jouissances, jouir violemment.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent trente-huitième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Que comprendre ?

Lors d'une de mes nombreuses lectures, en l'occurrence un excellent roman de science-fiction, j'ai découvert une très jolie phrase, prononcée par une Chinoise vivant aux États-Unis. Mais je dois avouer que si la phrase est belle, je ne sais dans quel sens la prendre, la phrase bien sûr, par la jeune et jolie Chinoise. " Surtout les garçons espéraient que je réalise leurs fantasmes érotiques orientaux. Ça m'épuisait."
Certes l'on peut, l'on doit, comprendre que ces demandes incessantes étaient épuisantes. Mais vous ne serez pas étonnés que j'entende là que la réalisation des dits fantasmes, dont elle ne nous dévoile nullement le contenu, était épuisante.

Licence Creative Commons

Que comprendre ? d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

jeudi 17 mai 2018

Écriture contrainte cent trente-septième jour

Contrainte :Tautogramme : tous les mots commencent par M.

Mes mots maintiennent merveilleusement mes moments magiques malgré ma malencontreuse manie mêlant mauvaise mélasse musicale, matinal maelström mélodique. Ma muse maudit mon mémento malencontreusement massacré, mes mièvres mouvements masquant mal mon méprisable manège. Marc malmenait maladroitement ma mandoline.
Martine, misérable matrone, mangeait mercredi ma maigre mangeaille.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent trente-septième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

mercredi 16 mai 2018

Écriture contrainte cent trente-sixième jour

Contrainte :Ce qui fait sourire..

Donc si j'en crois ce que je lis, ce qui fait sourire serait une contrainte en ce doux printemps. Mais si vous insistez et me demandez " qu'est-ce qui te fais sourire, homme énigmatique, dis?", je ne pourrais que vous répondre, paraphrasant Baudelaire " les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!"

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent trente-sixième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Ne plus

Ne plus faire semblant de croire que l'on atteindra l’inaccessible étoile, celle que chantait Brel, et se contenter de la douce banalité du temps qui s'écoule lentement,
ne plus tendre la main désespérément vers celle qui fait rêver, geste inutile et vain qu'elle n'entrevoit même pas,
ne plus croire que demain sera un jour meilleur, et ne voir dans les promesses de l'aube que les somptueuses couleurs d'un lever de soleil,
et se contenter d'écrire d'aligner de bien pauvres mots.

Licence Creative Commons

Ne plus d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

mardi 15 mai 2018

Écriture contrainte cent trente-cinquième jour

Contrainte :nez, genou, immature, pouls, cheville, cabinet, flanc, boutonnière, turbulence

Néanmoins Néfertiti négligea le nez de Cléopâtre même lorsqu'elle mettait genou à terre, telle un gnou. Immature comportement à faire grimper dans la mâture le pouls nature de Cléopâtre et à se demander si Néfertiti au joli pied et à la belle cheville n'était pas en cheville avec un chevillard, choisi par l'intermédiaire toutefois d'un cabinet qui, n'ayant pas eu à creuser n'a eu qu'à biner. S'il ne fut ainsi pas choisi au flan c'est pour ne pas prêter le flanc à la critique, et pouvoir ensuite au calme déguster un flan. Sage précaution, il faut l'avouer lorsque l'on espère porter rosette à la boutonnière et non pas que l'un malfrat ne vous en fasse un soir de turbulence.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent trente-cinquième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Tant de choses ?

Encore une fois, une fois de trop peut-être, je vous livre une citation, hors contexte, affreusement détournée :
" Vous avez essayé tant de choses, lâche-t-elle. Pourquoi avoir arrêté ?
Ça ne vous regarde pas, réplique-t-il."
J'aime ces mots, sans cela je ne vous les proposerais pas aujourd'hui, mais je me dois de vous avouer que cela fait longtemps que j'ai lu cette phrase, je l'avais mise de côté, au chaud. Si j'écris ce billet aujourd'hui, c'est simplement parce que ces mots aujourd'hui résonnent différemment pour moi, tout simplement.

Licence Creative Commons

Tant de choses ? d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

lundi 14 mai 2018

Écrire pour…

Écrire pour lui dire, pour lui dire le trouble qu'elle suscite en moi, pour lui dire le désir infini que j'ai d'elle. Écrire en espérant qu'elle se trouve, qu'elle se retrouve dans mes mots. Écrire pour le plaisir d'écrire, écrire pour le plaisir d'écrire, écrire pour le plaisir d'être !
Écrire en espérant sans y croire…

Licence Creative Commons

Écrire pour… d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Écriture contrainte cent trente-quatrième jour

Contrainte :Photographie : Photo prise à la plage de Los Enebrales à Punta Umbría en Espagne.


Au loin la mer sous un ciel bleu, une frange de sable sous le soleil, et l'on sent déjà la douce chaleur du soleil. Et pour atteindre cette place, devant nous ce chemin avec une rambarde de chaque côté, tout en bois. Souvenir de vacances.
Ce chemin souvent parcouru. Ce chemin qui se souvient de ce soir-là, tous deux au restaurant dans un jeu réciproque de séduction, et elle proposant d'aller à la plage à la nuit tombée sous la faible lueur d'un dernier croissant de lune. Ce chemin parcouru à deux, enlacés. Ce chemin où ils s'embrassèrent voluptueusement, ce chemin où ils s'embrasèrent de désir, ce chemin où les baisers de voluptueux se firent salaces. Ce chemin où sa jupe légère fut troussée, où il la prit intensément ainsi contre la rambarde qui en  grinça au rythme de leur plaisir.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent trente-quatrième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International