- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

mercredi 14 février 2018

Écriture contrainte quarantième cinquième jour

Contrainte: une déclaration épistolaire d'un (dés)Amour anonyme, immoral ou inaccessible.

Je ne sais si j'ai bien choisi bien le jour, ce jour de Saint Valentin, pour vous écrire, mais je ne peux taire plus longtemps mes sentiments. Cela fait trop longtemps que je n'ose vous dire combien je vous désire. Dès que je vous aperçois je suis troublé, intensément troublé et je ne pense à rien d'autre que vous, vous objet de mon désir, objet de toutes mes envies. Vous êtes toujours terriblement séduisante, avec des tenues changeantes, mais que vous soyez en femme de monde, élégante et classique, ou en putain provocatrice et hypersexuelle, que vous portiez talons aiguilles, cuissardes ou mocassins, que votre tenue dévoile largement vos attraits ou n'en laisse rien deviner, je ne vous désire pas moins.
J'écris cela car je ne sais comment vous le dire.
Comment pourrais-je vous dire les envies que j'ai de vous. Comment vous dire que je désire tout de vous, que je veux vous caresser, vous lécher, vous pénétrer de toutes les façons possibles, que je veux sentir tout sentir de vous, que je veux explorer avec vous toutes les envies, tous les désirs, tous les fantasmes, que je veux aller avec vous au-delà de toutes les limites pour toujours plus de jouissance.
Je voudrais arriver à vous dire, à vous avouer cela.
Mais je ne sais comment, et je me contente d'aligner ces mots bien en dessous de la réalité de mes désirs infinis, mots que je ne sais même comment je pourrais vous transmettre. Et je ne sais que trop combien ma déclaration pourrait vous choquer et être rejetée.
Et pourtant, je vous désire infiniment, et je voudrais tant pouvoir vous avouer cela de vive voix, face à vous. Mais comment oserais-je, comment pourrais-je ? Et où pourrais-je vous donner rendez-vous pour cela ? Vous êtes si nombreuses, vous êtes toutes celles que je désire, celles que j'ai connues, que j'ai croisées, que je n'ai parfois pas osé aborder, vous êtes toutes les femmes avec qui je voudrais aller au bout de nos envies et de nos folies, vous êtes toutes l'objet de mon désir.
Comment pourrais-je vous envoyer à vous, à vous toutes, ces mots ?

Licence Creative Commons

Écriture contrainte quarantième cinquième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire