- Je bois au beau sexe des deux hémisphères.
- Et moi, je bois aux deux hémisphères du beau sexe !
Marquis de Bièvre

dimanche 15 avril 2018

Écriture contrainte cent cinquième jour

Contrainte: ultime, Gyrans, hautbois, vibrer, gamme, tantrique, Skene, tagliatelles, harmonique

Nous avions envie de jouir encore dans une ultime étreinte, quoique l'ultimité de cette étreinte soit très relative, nous n'avions ni l'un ni l'autre l'intention de ne plus recommencer à baiser après cette étreinte, c'était simplement la dernière de cette série. Peut-être était-ce un effet de la fatigue mais nous bougions lentement au rythme de Desmodium gyrans, en écoutant un concerto pour hautbois. Nous nous caressions lentement, nous effleurant du bout des doigts, du bout des lèvres nous faisant vibrer l'un l'autre, explorant toute la gamme des caresses. Elle me caressait avec une lenteur volontaire, avec des gestes de grande prêtresse du sexe, s'inspirant d'une approche tantrique. Nous jouîmes tous deux, je fus inondé par son éjaculation, ses glandes de Skene fonctionnaient à merveille, par contre mon vit avait perdu sa prestance glorieuse, dressé fièrement et avait plutôt la raideur de tagliatelles bien cuites, pour le moins une jouissance harmonique.

Licence Creative Commons

Écriture contrainte cent cinquième jour d' Un Joueur Parisien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire